Je ressens donc je vois…

Mis à jour : 16 nov. 2018



Hill, W. E. (William Ely), 1887-1962, Library of Congress Prints and Photographs Division Washington

Voyez-vous les deux visages ?

L'artiste a dessiné sur le même dessin sa femme et sa belle-mère…

Un jour nous allons trouver la jeune femme en premier, pour ensuite retrouver la plus âgée, et vice versa. Certains d’entre vous connaissent déjà cette image, pour d’autres c’est une première découverte, mais voyez comme il est intéressant de s’interroger sur le champ de nos perceptions.


Je suis toujours fascinée de constater comme nos perceptions sont différentes selon l’humeur du jour et les émotions que l’on traverse. Parfois nous avons le sentiment que plus rien ne va. La tête fonctionne comme un automate. Le corps somatise. Le cœur prend trop de place dans notre poitrine, “j’ai le cœur gros” vous connaissez ? Les couleurs paraissent sombres, l’environnement hostile.


Parfois nous sommes dans un cocooning où les sentiments nous traversent avec cette sensation qu’ils “glissent” sur nous sans laisser d’empreinte. Les couleurs sont parfois plus douces, l’environnement juste là comme une évidence.


Et parfois encore une énergie débordante nous transporte, nos yeux pétillent, notre cœur (encore lui !) bat la chamade. Nous avons le sentiment d’être des supers héros. Les couleurs deviennent éclatantes, l’environnement source d’inspiration.


J’avais envie de partager cela avec vous car je trouve très libérateur que d’accueillir nos émotions pour voyager dans nos parcours de vie parfois rocambolesques, parfois magiques, parfois plus nostalgiques où chaque rencontre, chaque expérience nous ouvre une lecture différente. Se permettre de changer de regard ne nous permet-t-il pas d’être plus clairvoyant et bienveillant vis-à-vis de soi-même finalement ? Et nous pourrions presque y prendre goût !


Soyez-vous même.

Sophie, votre coach bienveillante.